Blog

Socle numérique pour l'enseignement primaire : des financements jusqu'au 31 mars 2021

29/01/2021

Socle numérique pour l'enseignement primaire : des financements jusqu'au 31 mars 2021

Le plan de relance va concerner les écoles du 1er degré. L'Etat en a décidé ainsi, en investissant 105 M€ dès maintenant. 3 volets sont identifiés : équipement, ressources et accompagnement numériques. Les collectivités sont invitées à candidater à un appel à projets avant le 31 mars prochain.

Le confinement a fait mal à l'éducation ! La fermeture brutale des écoles le 16 mars 2020 a jeté élèves, enseignants et parents dans une aventure hasardeuse qu'était l'enseignement à distance. Cette période a évidemment été douloureuse sans la préparation nécessaire à ce type de situation.

Pour les élèves d'abord, qui n'ont pas acquis une pratique suffisante pour aborder les outils à disposition. Et surtout qui ont perdu la présence rassurante de leurs enseignants à leurs côtés, et de leurs camarades.

Pour les parents ensuite, qui ont dû superviser l'enseignement de leurs enfants, avec le plus souvent une quantité de matériels insuffisante ou quasi-inexistante. Si la pénétration des matériels mobiles dans les foyers est aujourd'hui très importante, il n'en est pas de même des outils de "production" que sont les ordinateurs, imprimantes et scanners. Sans compter la maîtrise souvent incomplète des outils numériques, donnant lieu à des situations de fragilité et de tension avec leurs enfants.

Pour les enseignants enfin, qui, même s'ils sont majoritairement équipés, n'ont pas la maîtrise de l'enseignement à distance. Une simple visioconférence ne suffit pas à capter la concentration des élèves. D'autant que les outils se sont multipliés, avec un niveau de fonctionnalités inégal vis-à-vis de l'attente didactique.

Le Ministère et le gouvernement sont bien conscients de cet état de fait, et se sont depuis refusé à toute fermeture d'école y compris pendant les périodes de confinement qui ont suivi. L'Education nationale a donc lancé un nouvel appel à projets aux collectivités pour une mise à niveau du numérique dans les écoles élémentaires.

Pour autant, à la lecture du dossier, on peut légitimement se demander si l'enjeu a réellement été mesuré. A l'instar des précédents appels à projets, l'accent est fortement mis sur l'équipement de la classe, physiquement. Or la classe est-elle encore aujourd'hui caractérisée par l'unité de lieu ?

L'opportunité est tout de même là, avec un financement à 70% des dépenses jusqu'à 200 000 €, et 50% au-delà, pour un minimum de reste à charge de 3500 € pour la collectivité qui portera le projet. Tous les équipements imaginables sont éligibles : accès Internet, câblage des classes, ordinateurs, vidéoprojecteurs, portables et tablettes mobiles.

La nouveauté réside dans le fait que le projet comporte nécessairement un volet services, que ce soit pour l'installation d'un ENT, d'un outil de vie scolaire ou de ressources en ligne. Ceux-ci seront financés à 50% avec un plafond à 20€ par élève pour 2 ans.

Si on s'en tenait au texte, on pourrait penser qu'aucune crise sanitaire ne nous est passée dessus depuis un an. Alors même que l'intitulé de cette action dans le cadre du plan de relance est "continuité pédagogique". Que signifie cette continuité ? Elle peut être définie très largement, et adopter le périmètre de la communauté éducative tout entière, incluant en premier lieu les foyers. Le prolongement de l'école est bien tout le reste de l'espace, autrement dit le territoire. C'est là que le rôle des collectivités commence. Et c'est bien pour ça que le texte du Ministère ne va pas trop loin, ne voulant pas prendre l'initiative de la question citoyenne du développement numérique de notre société. Pourtant on sent bien la volonté de ce ministère derrière au moins une publication sur son site Internet titrée "Le numérique au service de l'école de la confiance", introduisant son exposé par un appel à la communauté éducative pour la réussite de TOUS les élèves. Par ailleurs, le concept de "territoires numériques éducatifs" est lancé. Deux départements étaient concernés en 2020, avec l'ambition d'un élargissement ou d'une généralisation. Cette démarche semble intéressante, si elle s'attache à prendre en compte les spécificités locales et que les collectivités prennent pleinement leur place.

Aussi celles-ci peuvent et devraient se saisir de cette mise à l'étrier pour sortir du bois la problématique de l'accessibilité numérique au sens large : développement du très haut débit, équipement des familles, accompagnement aux usages... Bref, l'inclusion numérique dans toutes ses dimensions, car la maîtrise de ces technologies constitue un enjeu de réussite scolaire et professionnelle. Même si l'appel à projets n'en fait pas mention, une collectivité qui déciderait d'affecter des matériels mobiles à une école qui puissent être mobilisables à destination des familles, ne serait sans doute pas disqualifiée dans l'accès aux financements.

Il est donc temps, mesdames et messieurs les élus, de penser l'école hors les murs, une école inscrite sur son environnement territorial, une école inclusive aussi pour les parents, et bénéficiant de toutes ses forces positives. Territoires qui parfois n'ont guère plus que leur école pour attirer et retenir les populations.

Chez DIGITORGA, nous croyons dans la force, l'engagement et l'imagination publiques. Nous avons aussi de l'imagination, mais également la connaissance du secteur éducatif, et du numérique en particulier. Nous pouvons vous accompagner dans le montage de votre dossier de candidature et le suivi de la réalisation de vos projets.